Archives du blog

Le libéralisme est un péché – Sarda y Salvany Félix | Pdf | MEGA |

TÉLÉCHARGER LE LIVRE

PRÉFACE DE L’ÉDITEUR. Au jour de la Présentation au Temple, le vieillard Siméon, parlant sous le souffle de l’Esprit prophétique, disait à la Sainte Vierge que son divin Fils serait placé dans le monde comme un signe de contradiction d’où sortirait la ruine pour un grand nombre et pour un grand nombre la résurrection. Ce caractère de sa mission divine, Jésus-Christ l’a transmis à son Eglise et c’est ce qui explique comment, dès les premiers temps du christianisme, l’hérésie s’est attaquée aux vérités de la foi. Depuis, cette contradiction n’a pas cessé, mais à chaque siècle, pour ainsi dire, elle s’est transformée, prenant un caractère nouveau dès que l’erreur dernière en date avait été pleinement détruite ou démasquée. Pour ne parler que des trois derniers siècles, le seizième a vu dominer l’hérésie protestante; le jansénisme a essayé de pervertir le dix-septième, et le naturalisme philosophique a pensé, au dix-huitième, bouleverser les fondements mêmes de la société. coIère chez ceux qui de près ou de loin voyaient s’effondrer sous les coups de cette dialectique puissante des thèses longtemps caressées. Non seulement don Félix Sardà y Salvany fut attaqué dans un libelle dont l’auteur, don Cel. Pazos, prétendait signaler nombre d’erreurs chez l’adversaire du libéralisme, mais l’ouvrage de don Félix Sardà y Salvany était déféré comme condamnable au jugement de l’Index. Or, bientôt ce jugement non seulement l’absolvait, mais le glorifiait, comme en témoigne la lettre du secrétaire de la congrégation de l’Index que l’on trouvera plus loin. Dès lors, le livre prenait une valeur qui en étendait la portée bien au delà des frontières de l’Espagne, et la pensée nous vint de faire lire aussi en France un ouvrage qui n’y sera pas sans fruit. L’entreprise n’était pas sans difficultés, car plus la matière était difficile et délicate, plus il importait de s’assurer une traduction fidèle et même rigoureuse, chaque mot ayant ici son importance. Grâce au concours de deux éminents religieux versés dans la connaissance de la langue espagnole et dont le savoir théologique garantissait, par leur révision, le travail de notre traducteur, ces difficultés ont été pleinement surmontées pour le livre de don Félix Sardà y Salvany coname pour une autre œuvre magistrale qui traite du même sujet et que nous avons eu non moins à cœur de faire connaître. Il y a quelques années, les évêques de l’Equateur, réunis en concile national, voulurent donner à leur peuple l’enseignement collectif le plus propre à le diriger parmi les commotions politiques si fréquentes dans ce pays, aujourd’hui revenu au gouvernement chrétien dont l’héroïque Garcia Moreno lui donna Je modèle. Quel était le mal principal dont il devait se garder et à quels signes reconnaître ce mal ? C’est ce qu’expose et développe avec une singulière autorité la magnifique pastorale des évêques de l’Equateur. On y retrouvera, sous une autre forme, la doctrine si vigoureusement déduite dans l’ouvrage de don Félix Sardà y Salvany, et on ne la lira pas avec moins de profit.

Publicités