Archives de Catégorie: Politique

Sand Shlomo – Comment la terre d’Israël fut inventée

Sand_Shlomo_-_Comment_la_terre_d_Israel_fut_inventee_s

Auteur : Sand Shlomo
Ouvrage : Comment la terre d’Israël fut inventée De la Terre sainte à la mère patrie
Année : 2012

Lien de téléchargement : Sand_Shlomo_-_Comment_la_terre_d_Israel_fut_inventee.zip

Les mots « terre d’Israël » renferment une part de mystère. Par quelle alchimie la Terre sainte de la Bible a-t-elle pu devenir le territoire d’une patrie moderne, dotée d’institutions politiques, de citoyens, de frontières et d’une armée pour les défendre ? Historien engagé et volontiers polémiste, Shlomo Sand a dénoncé à grand bruit le mythe de l’existence éternelle du peuple juif. Poursuivant ici son œuvre de déconstruction des légendes qui étouffent l’État d’Israël, il s’intéresse au territoire mystérieux et sacré que celui-ci prétend occuper : la « terre promise » sur laquelle le « peuple élu » aurait un droit de propriété inaliénable. Quel lien existe-t-il, depuis les origines du judaïsme, entre les juifs et la « terre d’Israël » ? Le concept de patrie se trouve-t-il déjà dans la Bible et le Talmud ? Les adeptes de la religion de Moïse ont-ils de tout temps aspiré à émigrer au Moyen-Orient ? Comment expliquer que leurs descendants, en majorité, ne souhaitent pas y vivre aujourd’hui ? Et qu’en est-il des habitants non juifs de cette terre : ont-ils – ou non – le droit d’y vivre ?

Pierre Kropotkine – La Morale Anarchiste |pdf|MEGA

La morale anarchiste - Pierre Kropotkine pdf mega

TELECHARGER LE PDF ICI

Auteur : Kropotkine Pierre
Ouvrage : La morale anarchiste
Année : 1889

Quand les compagnons du Groupes Fresnes-Antony de la Fédération Anarchiste m’ont sollicitée pour écrire cette préface, j’ai songé aux heures de recherche et de lecture que m’avait demandées un article rédigé pour la revue Itinéraire sur Pierre Kropotkine et traitant justement de la morale. Car les discours sur la morale foisonnent. Il suffit de regarder plus près l’histoire des idées et l’on s’aperçoit de la multitude des études sur le sujet. Il existe autant de morales que de sociétés. Chaque groupement constitué crée des formes de vie, des usages, des mœurs qui, une fois reconnus utiles et devenus des procédés courants de la pensée, se transforment d’abord en habitudes instinctives, puis en règle de vie. Voici donc comment se constitue une éthique propre. La morale apparaît d’abord comme le système des règles que l’homme suit (ou doit suivre) dans sa vie aussi bien personnelle que sociale. Abordée sous cet angle, la question morale constitue le centre de toute réflexion, puisque toute entreprise humaine, si désintéressée soit-elle, est soumise à l’interrogation de savoir si elle est justifiée ou non, nécessaire, admissible ou répréhensible, en accord avec les valeurs reconnues ou en contradiction avec elles, c’est-à-dire si elle aide à la réalisation de ce qui est considéré comme souhaitable, à la prévention ou à l’élimination de ce qui est jugé mauvais. Ce qui peut se résumer à la notion du bien et du mal.

Dialogues Désacordés – Eric Naulleau et Alain Soral [Pdf]

Réunir deux esprits libres, cultivés et batailleurs comme Éric Naulleau et Alain Soral pour débattre du « pourquoi vote-t-on Front national ? » relevait de la gageure.
Car comment cantonner deux hommes aussi impliqués dans leur époque à cette simple question, alors que la réponse englobe de multiples facteurs et renvoie à deux visions du monde antagonistes ?
Chacun étayant ses propos d’une solide culture qui donne à ses Dialogues désaccordés – ce Combat de Blancs dans un tunnel – des accents de match de boxe de légende où chacun se rend coup pour coup avec intelligence et noblesse.
Avec ces échanges virils mais corrects, Naulleau et Soral redonnent un vrai sens au débat public.
Chacun d’entre nous se voit amené à affronter ses contradictions et ni l’un, ni l’autre ne laisse la place à une quelconque mollesse.

TELECHARGER

La Démosophie – Eric Fiorile | Pdf | MEGA

TÉLÉCHARGER ICI

 
DEMOSOPHIE

Démosophie est un néologisme composé de « Demos » (peuple) et « Sophia » (sagesse). Ce néologisme a été enregistré pour la première fois en 1993 par Eric Fiorile, auteur d’un ouvrage du même nom (non publié), enregistré auprès de l’Institut de la Propriété Intellectuelle à Paris. En 2010, il publie cet ouvrage, réactualisé avec l’aide de nombreux libres penseurs de toute la planète, en plusieurs langues (Demosophy en anglais, Demosophía en espagnol, Demosofia en italien…).

Ce livre décrit le concept de la Démosophie comme un modèle de société qui, au lieu d’être dirigée par l’oligarchie politique issue de la République, le serait par l’élite intellectuelle du pays, sans aucune sélection par la situation sociale, donc sans partis politiques, ni élections de dirigeants.

Ce modèle mettrait en place des dirigeants sélectionnés par des études, puis par concours, n’ayant d’autres pouvoirs que ceux d’appliquer les directives de l’autorité suprême.

L’autorité suprême serait exercée directement par le peuple tout entier selon une représentation basée sur un concept de « Conseil de sages » incluant la participation directe de chacun des citoyens du pays.

Ce modèle de gouvernement interdirait toute forme de corruption, ce qui nuirait aux intérêts des multinationales et provoquerait l’enrichissement des individus et des petites entreprises au détriment des banques et des grandes sociétés.

Le peuple deviendrait « l’état » en remplacement d’une classe politicienne qui serait condamnée à disparaître. Toutes les grandes entreprises, matières premières, et sources de production passeraient donc sous le contrôle direct du peuple, ce qui provoquerait un effondrement des prix dans tous les secteurs liés à l’énergie et une reprise économique générale qui parviendra peu à peu à compenser le pillage politique des cinquante dernières années.

L’objectif est que la démosophie soit représentée dans divers pays à partir de 2012 lors d’élections présidentielles, tant pour mettre fin à la crise sociale et économique que pour offrir une autre alternative au « Nouvel Ordre Mondial Bancaire».

Le concept démosophique est soutenu par des libres penseurs de tous pays, surtout dans les milieux scientifiques et dans la Presse libre.

LIBRE PENSEUR
« Libre penseur » ne correspond à aucune définition officielle, c’est un terme employé par opposition aux « conditionnés à croire ».

Tout le système de société a toujours été basé sur la direction d’une masse par quelques uns qui avaient intérêt à conserver cette masse assujettie à leur volonté. A cet effet, ils ont usé de la superstition, puis se sont servi de la religion, enfin de la politique et des grandes théories sociales ou économiques.

Ceux qui dirigent ont donc toujours utilisé l’enseignement comme support, à travers le catéchisme ou la scolarité, pour commencer le conditionnement des jeunes enfants le plus tôt possible. Les « conditionnés à croire » ont donc été victimes autant du berceau culturel (la société qui les entoure), que de l’environnement familial, puis de l’enseignement officiel (l’histoire présentée).

Le libre penseur est celui qui a pris conscience de ce conditionnement, puis s’en est débarrassé peu à peu en développant trois qualités essentielles à la libre pensée: d’abord le scepticisme (douter de l’élément mais aussi de chacun des éléments-source ayant participé à sa création), ensuite le
refus absolu de toute autre autorité que sa propre raison (même si celle-ci l’oblige à aller contre les conformismes ou les dogmes admis par tous), enfin la simple logique.

Pour ces raisons, il n’accepte pas facilement qu’on veuille lui en imposer sans explication: il veut comprendre, dans quelque domaine que ce soit.

Le libre penseur est aussi celui qui n’hésite pas, sur les sujets qui l’intéressent, à pousser loin ses investigations afin d’obtenir
ce qui s’approche le plus de la certitude, mais en restant pleinement conscient que cette certitude n’a rien d’absolu, c’est-à-dire qu’il conserve encore un doute quant aux conclusions de sa propre raison.

Le leitmotiv majeur de sa raison est le « bon sens », ce qui l’amène à avoir une tendresse particulière pour Thomas Paine et Voltaire, un profond mépris pour la politique et les gouvernants, et une tendance forte à l’humanisme.

Ajoutons encore qu’aujourd’hui, il est de ceux qui ne croient pas obtenir de véritables informations en allumant un poste de télévision ou en ouvrant un journal.
Ajoutons aussi qu’il ne trouve pas facilement d’interlocuteurs qui lui ressemblent, ce qui l’amène souvent à se sentir « différent », « isolé ».

Les Nouveaux Chiens De Garde, Serge Halimi |Pdf|MEGA

TÉLÉCHARGER ICI

Les médias se proclament « contre-pouvoir ». Pourtant, la grande majorité des journaux, des radios et des chaînes de télévision appartiennent à des groupes industriels ou financiers intimement liés au pouvoir. Au sein d’un périmètre idéologique minuscule se multiplient les informations prémâchées, les intervenants permanents, les notoriétés indues, les affrontements factices et les renvois d’ascenseur.

La République des Mallettes de Pierre Péan | Pdf|MEGA

TÉLÉCHARGER ICI

La démocratie est-elle en train de tuer la démocratie, à bas bruit ?
L actualité a égrené depuis quinze ans des scandales politico-financiers sans que nous ne puissions en comprendre la logique, s il devait même y en avoir une. Après plus d un an d enquête, au cours de laquelle de très nombreux acteurs, jusqu au sommet de l État, ont accepté de lui parler, à condition que cela soit souvent en « off », Pierre Péan met au jour bien des aspects passés inaperçus sur les activités dans les zones grises de l État. Dans toutes ces affaires, un seul enjeu : constituer un « trésor de guerre », en vue de la campagne présidentielle suivante. À chaque fois, il s agit de tirer la manne des grands contrats civils ou militaires.
Le durcissement de la législation sur le financement des partis a accouché d un monstre : désormais, la pratique des rétrocommissions est devenue la règle d un certain commerce international d État. Cette « République des mallettes » a pris le pas sur l État démocratique. Son fonctionnement et les décisions les plus stratégiques du pays semblent aiguillonnés, plutôt que par l intérêt national, par le souci de perpétuer ce système et de le rendre le plus fluide possible par la constitution d une oligarchie restreinte occupant les postes « stratégiques » : à la tête des grandes entreprises à capital public, à l Élysée et dans les ministères régaliens. Une oligarchie pour qui l argent est devenu roi.
À travers l incroyable itinéraire de l un des « facilitateurs » de ce système, personnage au passé des plus troubles, Pierre Péan démonte une à une les pièces d un mécanisme qui, si nous n y prenons garde, finira par ronger le système démocratique français, comme c est déjà le cas en Russie ou en Italie.

L’Oligarchie des Incapables (2012) | Pdf | MEGA

TÉLÉCHARGER ICI

Ils monopolisent les postes les plus importants, cumulent les privilèges et font de l’argent leur principale passion. Ils se servent de l’Etat pour aider leurs amis, fabriquent des lois sur mesure pour leur bon plaisir et laissent le pays aux mains de bandes rivales. Patrons, hauts fonctionnaires, élus ou experts, ces oligarques nous gouvernent avec un mélange d’incompétence et de lâcheté. Après L’Omerta française, Sophie Coignard dont les enquêtes font trembler le monde politique et Romain Gubert, journalistes au Point, nous révèlent vingt ans de compromissions et d’affaires cachées, qui ont permis à une caste de maintenir son règne malgré ses échecs répétés. En toute impunité.

Henry COSTON , un précurseur de la résistance anti NOM | Pdf | Ddl

Source de l’article

Lorsqu’on évoque le nom d’Henry Coston,deux mots viennent immédiatement à l’esprit : fidélité et militantisme .

Né en 1910 à Paris il adhère en 1926 à l’Action Française.
En 1928 il édite « Français vous étes trahis ! », pamphlet anti maçonnique de La Cambe-Mialet. La lutte contre les Frères sera sa priorité absolue, la ligne directrice de son combat 75 ans durant.

Sa première action fut de relancer en 1930 « La libre Parole », le journal mythique d’Edouart Drumont.Le mensuel tiré à 90000 exemplaires fut interdit en avril 1939 par le Garde des Sceaux….
Son premier livre sort en 1931 et s’intitule : »Le parlement aux ordres de la Franc Maçonnerie »…

Coston est présent sur tous les fronts : candidats aux élections de 1936,fondateur du « Centre de documentation et propagande »et des « nouvelles éditions nationales », ecrivain, journaliste, ses activités lui valurent perquisitions,arrestations mais aussi encouragements ( Xavier Vallat, Georges Bernanos, Philippe Henriot …).
Lors du gouvernement de Vichy,Coston fut nommé responsable d’un département chargé de classer les dossiers confisqués aux F.M., tout en étant secrétaire de rédaction de « paris soir » et « la France au Travail »
Le Maréchal Pétain décora l’inlassable militant de l’Ordre de la Francisque en 1943.
Condamné à la « libération » aux travaux forcés à perpétuité,il est gracié en 1951 pour raisons médicales.
Il ouvrit avec sa femme Gilberte la première librairie nationaliste d’aprés guerre , la « Librairie Française ».
Il créa ensuite avec P.A.Cousteau et M.de Mauny le mensuel « Lectures Françaises », ainsi qu’une maison d’édition ou parurent se plus grands succés littéraires : « Les financiers qui mènent le monde » (24 éditions !), »Les 200 familles au pouvoir », »La fortune anonyme et vagabonde » et ses fameux Dictionnaires de la Politique Française .

Il rédigea et publia, 50 ans durant, une quantité impréssionante de livres , revues , brochures.

Yann Moncomble et Emmanuel Ratier furent considérés comme le « successeurs » d’Henry Coston par leur activités d’archivistes et leurs écrits « conspirationistes » .

Ouvrages principaux d’Henry Coston :
-Les financiers qui mènent le monde
-Le retour des 200 familles
-La république du Grand Orient
-La haute banque et les trusts
-L’europe des banquiers
-La fortune anonyme et vagabonde

TÉLÉCHARGER LES DOCUMENTS MAÇONNIQUES ICI
Les_documents_maconniques_Volume_III_1942.pdf
Les_documents_maconniques_Volume_II_1942.pdf
Les_documents_maconniques_Volume_IV_1943.pdf
Les_documents_maconniques_Volume_VI_1944.pdf
Les_documents_maconniques_Volume_V_1943.pdf


TÉLÉCHARGER LES LIVRES DE COSTON HENRY ICI
Coston_Henry_-_Ceux_qui_tirent_les_ficelles.pdf
Coston_Henry_-_Comment_on_devient_depute_et_comment_on_le_reste.pdf
Coston_Henry_-_Dictionnaire_de_la_politique_francaise.pdf
Coston_Henry_-_Infiltrations_ennemies_dans_l_Eglise.pdf
Coston_Henry_-_La_finance_juive_et_les_Trusts.pdf
Coston_Henry_-_Les_technocrates_et_la_synarchie.pdf
Coston_Henry_-_L_Argent_et_la_Politique.pdf

LIBRAIRIE FRANCAISE

LA TRAHISON DE INITIES – ALAIN PASCAL

Karl Marx – Bibliographie | MEGA | Pdf

Plusieurs livres de Marx sont publiés en ligne, ainsi que des listes de ses livres. Plusieurs volumes de correspondances ont également été publiés après sa mort.
Il n’existe aucune édition exhaustive des écrits de Karl Marx. L’édition la plus complète en allemand est la « MEGA » (Marx-Engels-Gesamtausgabe), initiée par David Riazanov. L’édition la plus complète en français est constituée des quatre tomes publiés dans la Bibliothèque de la Pléiade par Maximilien Rubel.

Avec Engels

  • La Sainte Famille (1844/45) DOWNLOAD
  • L’idéologie Allemande (Première partie, 1845/46) DOWNLOAD
  • Statuts de la Ligue des communistes (1847) DOWNLOAD
  • Manifeste du Parti communiste (1848) DOWNLOAD
  • La Nouvelle Gazette Rhénane (1849) DOWNLOAD
  • Adresse du Comité central à la ligue des communistes (1850) DOWNLOAD
  • Statuts de la Société Universelle des Communistes Révolutionnaires (1850) DOWNLOAD
  • Abd El Kader ; Bugeaud ; Algérie (articles de New American Cyclopedia) (1859) DOWNLOAD
  • Inventer l’inconnu, textes et correspondances autour de la Commune, La Fabrique, 2008

Philosophie et économie

Philosophie

  • Différence de la philosophie de la nature chez Démocrite et Épicure (1841, thèse de doctorat) DOWNLOAD
  • Liberté de la presse et liberté humaine (1842-1843)
  • Argent, État et Prolétariat (1843-44)
    • Une correspondance de 1843
    • À propos de la question juive
    • Pour une critique de la philosophie du droit de Hegel
    • Gloses critiques en marge de l’article : « Le roi de Prusse et la réforme sociale. Par un Prussien »
  • L’Historiographie du socialisme vrai (1847) DOWNLOAD
  • Libéralisme et révolution (1847)

Philosophie posthume

  • Philosophie épicurienne (Cahiers d’étude, 1839-1840)
  • Critique de la philosophie politique de Hegel (1843)
  • De l’abolition de l’État à la constitution de la société humaine (1845)
  • Manuscrits de 1844 (1845)

Politique

  • Le communisme et la Augsburger Allgemeine Zeitung (1842)
  • Révolution et contre-révolution en Europe. Articles dans la Neue Rheinische Zeitung (1848-1849)
  • Les Luttes de classe en France – 1848 à 1850 (1850)
  • Chroniques littéraires et politiques, Dans la Neue Rheinische Zeitung. Politisch-ökonomiesch Revue (1850)
  • Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte (1852)
  • Fin de la Ligue des Communistes (1850-1853)
  • Révélations sur le procès des communistes à Cologne (Bâle, 1853)
  • Le Chevalier de la noble conscience (New York, 1854)
  • Chroniques anglaises (1852-1854)
  • Lord Palmerston (1853)
  • L’Espagne révolutionnaire (1854)
  • La Question d’Orient et la guerre russo-turque (1853-1854)

Économie

  • Remarques sur la censure (1842)
  • Sur la Question juive (1844) DOWNLOAD
  • Thèses sur Feuerbach (1845/7, posthume)
  • Discours sur le parti chartiste, l’Allemagne et la Pologne (1847)
  • Misère de la philosophie (1847) DOWNLOAD
  • Travail salarié et capital (1849) DOWNLOAD
  • Discours sur la question du libre-échange (1848) DOWNLOAD
  • La Constitution de la république française adoptée le 4 novembre 1848 (1850)
  • Les Luttes de classes en France (1850/1) DOWNLOAD
  • Essais réunis (1851)
  • Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte (1852) DOWNLOAD
  • Introduction générale à la critique de l’économie politique (1857) DOWNLOAD
  • Critique de l’économie politique (1859) DOWNLOAD
  • Les Révolutions de 1848 et le prolétariat (1857) DOWNLOAD
  • Principes d’une critique de l’économie politique (1857-1858, posthume)
  • Herr Vogt (1860)
  • Matériaux pour l’économie (1861-65)
  • Théories de la plus-value (1862/63)
  • Adresse inaugurale de l’Association internationale des travailleurs (1864)
  • Statuts généraux de l’Association internationale des travailleurs (1864)
  • Sur Proudhon (1865)
  • Salaire, prix et profit (1865/7) DOWNLOAD
  • Le Capital (1867) DOWNLOAD
  • Un chapitre inédit du Capital (1867) DOWNLOAD
  • Résolution sur l’alliance internationale de la démocratie socialiste (1868)
  • Adresse sur la guerre (1870) DOWNLOAD
  • La Guerre civile en France (1871) DOWNLOAD
  • La Nationalisation de la terre (1872)
  • Discours d’Amsterdam (1872)
  • L’Indifférence en matière de politique (1873)
  • Critique du programme de Gotha (1875, posthume)
  • Résolution sur l’alliance internationale de la démocratie socialiste (1868)
  • Discours sur la Ligue communiste (1876)
  • L’Avenir social de la Russie (1877)
  • La Loi anti-socialiste (1878)
  • Bolívar y Ponte

Poésie

  • Invocation d’un désespéré
  • Le Menestrel
  • La Vierge pâle
  • La Prière désespérée
  • Orgueil humain

Le libéralisme est un péché – Sarda y Salvany Félix | Pdf | MEGA |

TÉLÉCHARGER LE LIVRE

PRÉFACE DE L’ÉDITEUR. Au jour de la Présentation au Temple, le vieillard Siméon, parlant sous le souffle de l’Esprit prophétique, disait à la Sainte Vierge que son divin Fils serait placé dans le monde comme un signe de contradiction d’où sortirait la ruine pour un grand nombre et pour un grand nombre la résurrection. Ce caractère de sa mission divine, Jésus-Christ l’a transmis à son Eglise et c’est ce qui explique comment, dès les premiers temps du christianisme, l’hérésie s’est attaquée aux vérités de la foi. Depuis, cette contradiction n’a pas cessé, mais à chaque siècle, pour ainsi dire, elle s’est transformée, prenant un caractère nouveau dès que l’erreur dernière en date avait été pleinement détruite ou démasquée. Pour ne parler que des trois derniers siècles, le seizième a vu dominer l’hérésie protestante; le jansénisme a essayé de pervertir le dix-septième, et le naturalisme philosophique a pensé, au dix-huitième, bouleverser les fondements mêmes de la société. coIère chez ceux qui de près ou de loin voyaient s’effondrer sous les coups de cette dialectique puissante des thèses longtemps caressées. Non seulement don Félix Sardà y Salvany fut attaqué dans un libelle dont l’auteur, don Cel. Pazos, prétendait signaler nombre d’erreurs chez l’adversaire du libéralisme, mais l’ouvrage de don Félix Sardà y Salvany était déféré comme condamnable au jugement de l’Index. Or, bientôt ce jugement non seulement l’absolvait, mais le glorifiait, comme en témoigne la lettre du secrétaire de la congrégation de l’Index que l’on trouvera plus loin. Dès lors, le livre prenait une valeur qui en étendait la portée bien au delà des frontières de l’Espagne, et la pensée nous vint de faire lire aussi en France un ouvrage qui n’y sera pas sans fruit. L’entreprise n’était pas sans difficultés, car plus la matière était difficile et délicate, plus il importait de s’assurer une traduction fidèle et même rigoureuse, chaque mot ayant ici son importance. Grâce au concours de deux éminents religieux versés dans la connaissance de la langue espagnole et dont le savoir théologique garantissait, par leur révision, le travail de notre traducteur, ces difficultés ont été pleinement surmontées pour le livre de don Félix Sardà y Salvany coname pour une autre œuvre magistrale qui traite du même sujet et que nous avons eu non moins à cœur de faire connaître. Il y a quelques années, les évêques de l’Equateur, réunis en concile national, voulurent donner à leur peuple l’enseignement collectif le plus propre à le diriger parmi les commotions politiques si fréquentes dans ce pays, aujourd’hui revenu au gouvernement chrétien dont l’héroïque Garcia Moreno lui donna Je modèle. Quel était le mal principal dont il devait se garder et à quels signes reconnaître ce mal ? C’est ce qu’expose et développe avec une singulière autorité la magnifique pastorale des évêques de l’Equateur. On y retrouvera, sous une autre forme, la doctrine si vigoureusement déduite dans l’ouvrage de don Félix Sardà y Salvany, et on ne la lira pas avec moins de profit.