Archives de Catégorie: Santé et environnement

Nos écrans, nos enfants et nous ?

L’abbé Jean-Pierre Boubée, actuel vicaire à St Nicolas du Chardonnet parle de la malfaisance des écrans dans la vie et tout particulièrement dans la vie des enfants et des familles.

Publicités

3 bébés morts après vaccination conte l’hépatite B !

Voici un article qui relate l’histoire d’un massacre, d’un sacrifice démoniaque de trois nouveaux-nés par vaccination complètement inutile puisqu’ils n’ont aucune chance de rencontrer ce virus à moins d’avoir des rapports sexuels ou de se shooter à l’héroïne ! Morts… pour une vaccination inutile ! D’autant plus inutile que le système immunitaire des enfants ne sera mature qu’à partir de l’âge de 6 ans, ils se défendent avec les immunoglobulines de leurs mères les premiers mois de leurs vies (d’où la nécessité d’allaiter les nourrissons) ! Ceci est connu de tous et fait parti du programme de terminale. Pourtant, comble de l’horreur et de la folie, le responsable de cette campagne de vaccination vietnamien a osé déclaré :

Le président du programme de vaccination a demandé aux parents de « garder leur calme » et de continuer à faire vacciner leurs enfants.
 Si vous insistez, ils vous diront que : c’est un risque à prendre, que les statistiques démontrent qu’il vaut mieux sauver le peuple et qu’une perte comme celle-ci est négligeable… Une statistique est un chiffre jusqu’au moment tragique où elle concerne votre enfant ! À ce moment précis, ce n’est plus un chiffre mais un drame. À bon entendeur.
Regardez encore et encore le documentaire de Lina B. Moreco, Silence on vaccine dans sa version complète et non censurée de 90 min.
Source : Lien
Salim Laibi

Silence on vaccine

Dossier Complet sur « La Chélation »

Sommaire
  • La chélation, qu’est-ce que c’est?
  • Applications thérapeutiques de la chélation
  • La chélation en pratique
  • Formation professionnelle en chélation
  • Livres, etc.
  • Sites d’intérêt
  • Références

La chélation, qu’est-ce que c’est?

La chélation (prononcer « kélation ») est d’abord une approche médicale visant à désintoxiquer l’organisme des minéraux et des métaux nuisibles. Du mot grec « khêlê », qui signifie « griffes » ou « pinces », la chélation est, plus précisément, le procédé par lequel une substance organique (l’agent chélateur) se lie à des minéraux ou des métaux ionisés (chargés électriquement), comme le fer, le calcium, le plomb, le cuivre, etc. Le complexe qui en résulte étant stable, inactif, non toxique et soluble, il peut facilement être éliminé par voie urinaire.
La chélation par injection intraveineuse est une pratique médicale couramment utilisée dans les cas d’intoxication à certains métaux lourds, notamment le plomb, et d’élimination des substances radioactives nocives.

Des usages alternatifs controversés

En plus de cette application classique pour la désintoxication, certains thérapeutes affirment que la chélation pourrait également être utile contre l’artériosclérose et une foule d’autres problèmes de santé, des allergies à la maladie d’Alzheimer, en passant par le diabète, l’ostéoporose, la maladie de Parkinson, l’arthrite rhumatoïde et même la calvitie. Mais toutes ces applications font l’objet d’une vive polémique depuis plusieurs années, particulièrement en ce qui concerne l’utilisation de l’agent chélateur EDTA pour traiter l’artériosclérose. C’est surtout de cet agent dont il sera question dans la présente fiche.
Conçu en Allemagne dans les années 1930, l’EDTA (en anglais : ethylene-diamine tetraacetic acid – en français : acide éthylène-diamino-tétraacétique) a été utilisé, une décennie plus tard, auprès de travailleurs américains atteints d’intoxication au plomb. Au cours des années 1950, le Dr Norman Clarke, directeur de recherche du Providence Hospital de Detroit au Michigan, remarque que le traitement à l’EDTA s’accompagne souvent d’améliorations notables de l’état de santé : diminution des douleurs d’angine (liées au blocage des artères), amélioration des facultés de mémorisation et de l’acuité des sens (vue, ouïe, odorat), hausse de l’énergie, etc.
On a alors émis l’hypothèse que l’EDTA pouvait s’attaquer aux dépôts de calcium, et ainsi débloquer les artères. Mais cette théorie a été réfutée par des expériences subséquentes. Depuis, les hypothèses se sont succédé, dont une, particulièrement populaire, voulant que l’EDTA combatte les radicaux libres, ces molécules impliquées dans le vieillissement de l’organisme.
À ce jour, la communauté scientifique n’est toujours pas parvenue à un consensus, ni sur les actions bénéfiques potentielles de la chélation, hormis la désintoxication, ni sur les mécanismes qui seraient en cause.
Les chercheurs en médecine environnementale ont établi certaines corrélations entre de faibles expositions à des métaux lourds (et autres produits toxiques) et divers problèmes de santé et maladies chroniques1-4. Par exemple, des chercheurs ont émis l’hypothèse qu’une exposition au plomb de faible intensité pourrait entraîner des problèmes de pression artérielle5,6. D’autres ont émis l’hypothèse de liens entre la présence dans l’organisme de certains métaux et l’autisme7,8 ou la maladie d’Alzheimer9 ou la maladie de Parkinson10. Mais les données ne sont pas véritablement probantes et sont souvent contradictoires. Le débat est loin d’être clos.
Quoi qu’il en soit, la chélation continue de gagner en popularité. Certaines personnes y ont recours en prévention pour s’assurer de débarrasser leur organisme de la moindre trace de métaux potentiellement toxiques ou nuisibles. Et de plus en plus, des médecins spécialisés offrent cette thérapie, en clinique privée, à une clientèle vieillissante et fortunée, souvent frappée par l’artériosclérose. La chélation, puisqu’elle s’attaquerait à diverses maladies dégénératives, est souvent présentée comme une des thérapies de rajeunissement, dites « de Jouvence ».

Applications thérapeutiques de la chélation

Outre la désintoxication classique, les études scientifiques publiées portent principalement sur les effets de la chélation (par injection intraveineuse d’EDTA) dans le traitement des maladies cardiovasculaires.

 

Recherches

Contribuer au traitement des maladies cardiovasculaires
Plusieurs revues systématiques11-14 ont évalué les effets de la chélation par injection d’EDTA pour traiter les maladies cardiovasculaires et ont conclu qu’il n’y a pas assez de preuves pour déclarer cette thérapie efficace et sécuritaire. Dans la dernière revue systématique, publiée en 200614, les auteurs ont conclu que la chélation devrait être utilisée uniquement dans un contexte de recherche, et auprès de patients ne répondant pas aux traitements classiques.
Devant cette situation, et surtout parce que les maladies cardiovasculaires constituent la première cause de mortalité aux États-Unis, les National Institutes of Health (NIH) ont décidé, en 2003, d’entreprendre une vaste étude15. Elle vise à évaluer les effets de la chélation (40 traitements par patient) chez plus de 1 700 survivants d’une crise cardiaque. La publication des résultats, initialement prévue en 2008, a été reportée en 2012. Ils devraient permettre de déterminer avec plus de précision le degré d’efficacité de la thérapie.
Entre-temps, en 2008, des chercheurs ont recommandé l’arrêt pur et simple de cette étude. Selon eux, elle serait faussée au départ et reposerait sur des bases méthodologiques et scientifiques déficientes16. Ils croient que les résultats, quels qu’ils soient, ne seront pas fiables, et que l’étude serait donc parfaitement inutile.
Autres applications
Aucune donnée scientifique ne permet présentement de conclure à une efficacité possible de la chélation pour les autres applications thérapeutiques alléguées.

La chélation en pratique

 La chélation par intraveineuse est un acte médical qui doit être pratiqué par un médecin dûment formé et accrédité, dans des conditions rigoureuses, tant en ce qui concerne l’hygiène, que la préparation et le suivi. Le traitement, qui dure de 2 h à 4 h, est sans douleur. La solution est injectée dans une veine située sur l’avant-bras ou le dos de la main, et le patient demeure assis.
Par la suite, les métaux indésirables sont évacués par voie urinaire. Le traitement s’accompagne généralement de la prise de suppléments de vitamines et de minéraux, notamment de zinc, afin de compenser les pertes causées par la désintoxication. De 20 à 40 séances échelonnées sur 1 an à 2 ans peuvent s’avérer nécessaires. À moins qu’il s’agisse d’une intervention destinée à éliminer une grave intoxication, le coût de la chélation, qui peut atteindre quelques milliers de dollars, est rarement remboursé par le gouvernement ou par les compagnies d’assurances.
La plupart des praticiens se trouvent aux États-Unis, mais il y en a également au Canada, en Europe et en Australie. Pour connaître leurs coordonnées, consulter le répertoire de l’American College for Advancement in Medicine (voir Sites d’intérêt).

Autochélation?

Cocktails vitaminés et suppositoires désintoxiquants à base d’EDTA sont actuellement offerts en vente libre, notamment par Internet. Leur concentration en EDTA est toutefois extrêmement faible comparativement au traitement par intraveineuse. Et puisqu’il n’y a aucune certitude quant à l’efficacité de la chélation intraveineuse sur les maladies cardiaques, il est encore plus difficile de supposer que la chélation par voie orale ou rectale puisse avoir une quelconque efficacité.

Formation professionnelle en chélation

 Pour pratiquer la chélation, les professionnels de la santé, majoritairement des médecins, doivent avoir obtenu une certification de l’International Board of Clinical Metal Toxicology ou d’un organisme équivalent. L’American College for Advancement in Medicine, l’organisme qui fait la promotion de la technique en tant que thérapie cardiovasculaire ou de rajeunissement, coordonne la formation dans plusieurs pays.

Livres

Brecher Harold et Brecher Arline. Forty Something Forever: A Consumer’s Guide To Chelation Therapy and other Heart-Savers, New Leaf Distributing Co., États-Unis, 1992.
Un livre accessible, rédigé par deux journalistes médicaux. Accent sur la chélation comme thérapie de rajeunissement.
Cranton Dr Elmer. Bypassing Bypass, Stein and Day, États-Unis, 2005.
Le médecin explique comment la chélation pourrait améliorer la circulation sanguine, freiner le processus de vieillissement, voire éviter la chirurgie cardiaque. Un livre qui suscite encore de vives polémiques.
Walker Dr Morton. Chelation Way – The Complete Book of Chelation Therapy, Avery, États-Unis, 2002.
Souvent revu et réédité, un classique considéré comme une référence incontournable.
Cranton et Walker ont tous deux publié plusieurs autres livres sur le sujet.

Chélation – Sites d’intérêt

American College for Advancement in Medicine
Organisme qui fait la promotion et qui encadre la thérapie par chélation. Répertoire des praticiens.
www.acam.org
Chelation Medical Centers of the Okanagan
Le site d’un médecin canadien qui pratique la chélation et qui en vante les bienfaits.
www.chelationbc.com
International Board of Clinical Metal Toxicology (ABCMT)
L’organisme qui supervise la pratique et certifie les thérapeutes.
http://ibct.info

Références

Note : les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est possible qu’un lien devienne introuvable. Veuillez alors utiliser les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

Bibliographie

American College for Advancement in Medicine. [Consulté le 1 avril 2010]. www.acam.org
Chelation Medical Centers of the Okanagan. [Consulté le 1 avril 2010]. www.chelationbc.com
Chelation therapy, Natural Standard. [Consulté le 1 avril 2010]. www.naturalstandard.com
Green Saul. Chelation Therapy: Unproven Claims and Unsound Theories, Quackwatch, 2006. [Consulté le 1 avril 2010]. www.quackwatch.org
National Institutes of Health. [Consulté le 1 avril 2010] www.nccam.nih.gov
Novey Donald W. (Dir). Clinician’s Complete Reference to Complementary & Alternative Medicine, Mosby, États-Unis, 2000.
Pubmed – National Library of Medicine. [Consulté le 1 avril 2010]. www.ncbi.nlm.nih.gov

Notes

1. Flora SJ. Lead exposure: health effects, prevention and treatment, J Environ Biol. 2002 Jan;23(1):25-41.
2. Piomelli S. Childhood lead poisoning, Pediatr Clin North Am. 2002 Dec;49(6).
3. Low-level chronic mercury exposure in children and adolescents: meta-analysis. Ng DK, Chan CH, et al. Pediatr Int. 2007 Feb;49(1):80-7.
4. Low-level environmental exposure to lead and progressive chronic kidney diseases. Lin JL, Lin-Tan DT, Li YJ, Chen KH, Huang YL. Am J Med. 2006 Aug;119(8):707.e1-9.
5. Gonick HC et al. Is lead exposure the principal cause of essential hypertension?Med Hypotheses. 2002 Sep;59(3).
6. Cumulative community-level lead exposure and pulse pressure: the normative aging study. Perlstein T, Weuve J, Schwartz J, et al. Environ Health Perspect. 2007 Dec;115(12):1696-700.
7. Kidd PM. Autism, an extreme challenge to integrative medicine. Part 2: medical management.Altern Med Rev. 2002 Dec;7(6).
8. Holmes AS et al. Reduced levels of mercury in first baby haircuts of autistic children. Int J Toxicol. 2003 Jul-Aug;22(4).
9. Finefrock AE et al. Current status of metals as therapeutic targets in Alzheimer’s disease.J Am Geriatr Soc. 2003 Aug;51(8).
10. Kaur D et al. Ironing out Parkinson’s disease: is therapeutic treatment with iron chelators a real possibility?Aging Cell. 2002 Oct;1(1).
11. Ernst E. Chelation therapy for coronary heart disease: An overview of all clinical investigations. Am Heart J. 2000;140(1):139-41.
12. Villarruz MV, Dans A, Tan F. Chelation therapy for atherosclerotic cardiovascular disease. Cochrane Database Syst Rev. 2002(4):CD002785. Texte complet [consulté le 1 avril 2010] : www.update-software.com
13. Seely DM, Wu P, Mills EJ. EDTA chelation therapy for cardiovascular disease: a systematic review. BMC Cardiovasc Disord. 2005;5:32.
14. Shrihari JS, Roy A, et al. Role of EDTA chelation therapy in cardiovascular diseases. Natl Med J India. 2006;19(1):24-6.
15. Trial to Assess Chelation Therapy (TACT). ClinicalTrials.gov. [Consulté le 29 mars 2010]. http://clinicaltrials.gov
16. Atwood KC, Woeckner E, et al. Why the NIH Trial to Assess Chelation Therapy (TACT) should be abandoned. Medscape J Med. 2008;10(5):115.

Aluminium – Traitement de détoxication

Vous vous demandez comment détoxiquer votre corps des métaux lourds. Si des vaccins vous ont été injectés, votre corps est intoxiqué par les métaux lourds qu’ils contiennent. La plupart des vaccins actuels contiennent de l’aluminium. Certains vaccins plus anciens contiennent du mercure. L’aluminium et le mercure sont des métaux lourds qui intoxiquent l’organisme. Ils peuvent se trouver dans les vaccins, mais aussi dans les amalgames dentaires, dans l’eau du robinet, dans certains aliments comme le poisson ou sur le lieu de travail, en particulier dans les usines. Le plomb est également un métal lourd répandu. Sur cette page, vous trouverez un résumé des grandes méthodes de détoxication, ainsi que mon expérience d’un traitement de détoxication aux métaux lourds des vaccins.

https://i2.wp.com/photo.europe1.fr/infos/sante/vaccins-annulations-des-commandes-128317/1531312-1-fre-FR/vaccins-annulations-des-commandes_scalewidth_630.jpg

Si vous êtes intoxiqués au métal lourd, plusieurs traitements peuvent vous aider. Les traitements possibles sont de trois types : la chélation par un agent chélateur, l’expurgation par remède homéopathique, et l’équilibrage par traitement du terrain.
La chélation consiste à introduire dans le corps un produit chélateur. Le chélateur s’associe au métal lourd pour former un produit inoffensif et éliminable. Un chélateur se prend par orale, anale ou sanguine.
L’expurgation par homéopathie consiste à stimuler les processus naturels d’élimination du corps par la prise d’un remède homéopathique. Le remède à choisir est souvent une dilution du produit à éliminer. Par exemple, si vous voulez éliminer le mercure de votre corps, une dilution homéopathique de mercure permettra à votre corps d’éliminer les restes de mercure. En homéopathie, la dilution d’un produit ne contient plus le produit mais bien l’information du produit. En recevant l’information, votre corps réagit comme si le produit était réellement pris et s’active à l’éliminer.
L’équilibrage par traitement du terrain consiste à donner au corps ce dont il a besoin pour éliminer de lui-même les métaux lourds. Eliminer des quantités non naturelles de métaux lourds épuise certaines réserves de l’organisme, comme par exemple les réserves en vitamines C. En redonnant au corps les produits dont il n’a plus suffisamment de réserves, vous lui permettez de fonctionner et d’éliminer lui-même les métaux lourds.
Ces trois types de traitement permettent au corps d’éliminer les métaux lourds de trois manières différentes et peuvent être appliqués conjointement.

Expérience de traitement

Lors de mon intoxication par l’aluminium des vaccins, j’ai testé la combinaison de ces trois types de traitements. J’en relate ici les résultats, autant qu’il m’est possible de les discerner. Je fais également part des nombreux remèdes que j’ai trouvés dans les livres et sur Internet. Dans mon désespoir, je les ai tous testés sans grand discernement, afin de m’assurer d’obtenir un effet. Pour chaque remède, j’indique les résultats qu’il me semble avoir obtenus en les prenant.
Nous sommes en mai 2004. Après le traitement au gelsémium de mon osthéopathe, je tente de me détoxiquer par moi-même, prenant de manière anarchique tout une série de remèdes trouvés dans des livres et sur Internet. Notamment, je prends la combinaison « coriandre – chlorelle – ail des ours » suggérée sur son site web par Christian Recking [http://www.ateliersante.ch]. Les remèdes que je prends en début de traitement sont les suivants :

  • Gelsémium 200K 1x/mois
  • (Gelsémium 5CH tous les deux jours) stoppé le temps du traitement de détoxication
  • Boldo 3×2 capsules/j –> drainage du foie
  • Oméga-3 huile de poisson 1000mg (= EPA 180mg, DHA 120mg)/Vit.E 10mg: 1 gélule/j –> apport acides gras essentiels pour restauration de la myéline
  • Huile de noix (oméga-3) et de sésame (oméga-6): crues première pression à froid –> apport acides gras essentiels pour restauration de la myéline
  • Vitamine C combiné extraction Acerola/synthèse acide ascorbique: 4g/j –> restauration du système immunitaire, restauration collagénique pour saignement des gencives
  • Chlorelle 24g/j –> absorption et élimination des métaux lourds
  • Ail des ours teinture-mère 3×10 gouttes/j –> élimination des métaux lourds
  • Coriandre teinture-mère 3×5 gouttes/j –> surpotentialisation de la chlorelle
  • Silanol silice organique 3 doses liquides/j –> reminéralisation, restauration collagénique pour saignement des gencives
  • Magnésium
  • Dentifrice Weleda au calendula avant d’aller dormir
  • Baume gengival Weleda à la sauge avant d’aller dormir
  • Régime 2/3 monodiète: cerneaux de noix trempés 12h et raisin frais
  • Soupe de poireaux et verdures
  • Erbasit 3×2 comprimés à sucer/j –> éviter la réabsorption des métaux lourds par la paroi du colon (chélation)

La liste est longue. Les effets des remèdes se font sentir dès la première semaine. Le premier jour, je ressens un regain de forme physique. Mes facultés de concentration reviennent peu à peu. La chlorelle colore les selles en vert. Je ressens pendant quelques jours de légères douleurs dans les hautes dorsales. Mon urine très foncée indique une élimination de toxines. Les effets des remèdes sont donc indiscutables.
En revanche, avec autant de remèdes, il est difficile de dire lequel a contribué à quoi. Néanmoins, je pense pouvoir dire que c’est la teinture-mère de coriandre qui m’a le plus aidé. Je le dis avec d’autant plus d’assurance que j’ai continué longuement et avec succès le traitement à la coriandre. De plus, les tests musculaires issus de la kinésiologie appliquée indiquent clairement un effet positif. Pareillement, le gelsémium precrit par mon osthéopathe est clairement toujours actif.
Après une semaine, le traitement a prouvé son efficacité. Cependant, le nombre de remèdes à prendre est trop élevé. Les remèdes homéopathiques dit-on doivent se prendre dissociés à environ 15-30 minutes de tout autre remède. Avec la quantité de remèdes que je prends, plusieurs fois par jour, je passe mon temps à m’occuper de savoir quel remède prendre. Je décide donc de m’en tenir à une liste de remèdes restreinte.
Pour restreindre la liste de remèdes, je pratique le test musculaire. Ne souhaitant pas déranger mon osthéopathe pour si peu, je me contente d’imiter sa méthode. Malheureusement, n’ayant à ce moment-là pas de grandes connaissances en la matière, je dois m’y reprendre à de nombreuses fois afin de m’y retrouver dans mes tests. Malgré cela, je finis par restreindre ma liste de remèdes aux produits suivants :

  • Mg Magnécaps 90mg 3×2 gélules/j
  • TM coriandre 3×20 gouttes/j
  • Silicium organique
  • Vit. C acérola pour la forme et le sommeil
  • boldo pour achever le drainage du foie
  • Gelsémium 5CH au besoin
  • P5P (synth. vit. B12, pour les surrénales ?)
  • gelée royale

Je décide d’appliquer ce traitement pendant une nouvelle semaine. Avec ce traitement plus léger, il m’est plus facile d’organiser les prises de remèdes. Pendant cette deuxième semaine, les effets changent quelque peu. Les trois premiers jours, je fais un peu de fièvre et je me sens de nouveau très fatigué. Puis, mon état de santé s’améliore nettement. Les urines sont claires et les selles se normalisent. Sans la chlorelle, les effets les plus marquants semblent se dissiper.
Pour la troisième semaine, je décide de poursuivre le traitement et de reprendre en sus de la chlorelle à dose massive : 50 comprimés en 3 jours. Les urines redeviennent foncées. Les douleurs dans les hautes dorsales reprennent. La fatigue reste très présente. Je ressens quelques crampes. Les plats diététiques suivant l’alimentation vive me redonnent quelque énergie. Les tests musculaires continuent d’indiquer la coriandre comme meilleur remède.
Pour la quatrième semaine, je passe aux remèdes homéopathiques. Les remèdes homéopathiques glanés sur Internet et pouvant être indiqués en cas d’intoxication aux métaux lourds sont les suivants :

  • Aurum Met. 5CH
  • Aurum Mur. 5CH
  • Plumbum Met. 5CH
  • Phosphorus 5CH
  • Kali Phosphorus 5CH
  • Cuprum Met. 5CH
  • Taraxacum (pissenlit) TM
  • Mercurius 5CH
  • Aluminium 5CH

Après quelques tests musculaire, je m’en tiens à l’Aluminium Metallicum. Pendant cette quatrième semaine, je reste très fatigué. Je participe néanmoins à une longue randonnée à vélo ; 175 km en 4 jours. Les 60 premiers kilomètres se sont passés sans problème, le reste s’est passé dans la souffrance. Note : au soleil, ma peau brûle malgré l’écran total. Quand je pense qu’il y a quelques mois je me promenais à midi sans protection au soleil du Sahara … !
La semaine suivante, je ne prends que de la coriandre. Les tests musculaires ne semblent plus indiquer grand chose. Je ressens toujours une grande fatigue physique. Intellectuellement, ça va un peu mieux, même si mon esprit reste plus lent que d’habitude. Mon foie est gonflé et douloureux. La zone lombaire est tendue et douloureuse. Je bois 2 litres d’eau par jour pour être certain d’éliminer. Mon oeil gauche est injecté de sang et cligne beaucoup, sans que je m’en rende compte. Mes yeux sont douloureux et piquants. Ma concentration va un peu mieux mais ma fatigue physique s’aggrave malgré mon alimentation diététique. Les rayons de soleil me sont douloureux après 30 secondes. Je les évite autant que possible.
La gelée royale qu’on m’a conseillé de prendre ne donne rien de remarquable. La maison de diététique me conseille une série de remèdes. Je les achète tous et je les emmène chez mon osthéopathe pour qu’il puisse les tester et faire le point sur mon état. Au test musculaire, les remèdes efficaces sont le plasma marin hypertonique et la co-enzyme Q10. Vitamine C, coriandre et gelsémium sont toujours testés efficaces. Avec ces remèdes, fatigue physique et problèmes à l’oeil passent. Après deux semaines, je ne prends plus que la co-enzyme Q10. Un mois plus tard, mes tremblements et palpitations cardiaques reviennent. Je reprends du gelsémium avec succès.
Conclusion : en deux mois, mes facultés de concentration sont allées en s’améliorant. Les symptômes de crise se sont atténués au point d’être négligeables. Les remèdes qui semblent avoir eu sur moi le plus d’effet sont la coriandre, la vitamine C, le gelsémium homéopathique, le plasma marin hypertonique et la co-enzyme Q10. Les 4 mois suivants, je suis resté sans remèdes avec une amélioration constante, au point de me considérer pratiquement guéri.
Mise à jour 2005
Environ 12 mois plus tard, dans le courant de 2005, d’importants problèmes de santé se sont déclarés chez moi suite à un stress élévé et continu. Parmi ces problèmes, on peut distinguer la diminution de la vue, des troubles de l’humeur, des selles rouges sang, des difficultés de concentration et de la déprime. Six mois plus tard, se sont ajoutés les symptômes suivants : fatigue, difficultés de concentration, mal de ventre, mal de dos, contractures. Dès l’apparition de ces symptômes, qui nous placent en janvier 2006, la plupart des remèdes, homéopathiques et phytothérapeutiques, que j’avais utilisés jusqu’alors se sont révélés totalement inefficaces.
En revanche, des remèdes très précis, dont la prescription a été confirmée par des tests musculaires de précision, se sont révélés efficaces au point de faire disparaître pratiquement tous les symptômes. Parmi ces remèdes, j’ai pu distinguer parmi les remèdes phytothérapeutiques le romarin, et parmi les remèdes homéopathiques le vaccin Havrix en dilution isopathique. La prise de romarin s’est avérée diminuer progressivement et sans rechute les symptômes généraux. La prise du Havrix isopathique, quant à elle, s’est avérée faire disparaître de manière fulgurante les symptômes résiduels. En revanche, conformément à sa notice, le Havrix isopathique s’est avéré n’être efficace que pendant une trentaine de jours. De plus, conformément aux observations générales de l’homéopathie, la dilution du remède a dû être augmentée progressivement pour conserver son efficacité : de 30K à 200K, puis de 200K à 1000K.
Autant le romarin n’est à mon avis qu’un remède de terrain qui me convenait personnellement au moment où je l’ai pris, autant le vaccin Havrix en dilution homéopathique, me semble être la piste d’une solution symptomatique importante. En effet, étant donné qu’il a été dans mon historique de maladie post-vaccinale, identifié clairement que le vaccin en cause était le vaccin de l’hépatite A Havrix, il est permis de penser qu’un accident post-vaccinal provoqué par un vaccin particulier peut être compensé par la prise du même vaccin en dilution homéopathique. Par exemple, les nombreuses victimes du vaccin de l’hépatite B Engérix-B, notamment lors de la campagne de vaccination massive en France, pourraient trouver un espoir de guérison en la prise du remède Engérix-B à des doses homéopathiques. De même, toutes les personnes se pensant victimes d’une vaccination particulière pourraient essayer de prendre ce même vaccin en dilution homéopathique, et voir quels effets positifs en résulteraient.
Mise à jour 2006
Il y a deux semaines, j’écrivais le texte suivant : « Actuellement, je suis encadré par des thérapeutes alternatifs, qui ont repris le relais des médecins désemparés. Une dilution homéopathique du vaccin de l’hépatite est aujourd’hui le seul remède qui me soulage. L’effet du remède est instantané et total, mais il ne dure qu’un mois, et entre les deux les réactions adverses sont fortes et longues. Les osthéopathes défont le gros des paralysies, et mes collègues masseurs et masseuses s’emploient à soulager mes douleurs, mais l’un dans l’autre, je souffre la plupart du temps. Et les espoirs de guérison semblent s’envoler. »
Aujourd’hui l’espoir renaît. Le 18 septembre j’ai pris une dose homéopathique du vaccin. Le rebond a été aussi violent que le fut la maladie elle-même, et a duré presque tout le mois. La perspective de subir les symptômes en permanence a été à l’origine de mon désarroi. Néanmoins, il semble que cette manifestation des symptômes ait été la dernière. En effet, aujourd’hui 31 octobre 2006, soit plus de 30 jours après la prise de la dose précédente, je ne ressens plus aucun réapparition des symptômes. Il semble donc qu’après la période d’efficacité du remède, les symptômes aient définitivement disparu. Je touche du bois et n’ose encore y croire, mais il se pourrait que cette médication soit bel et bien efficace, à court comme à long terme.
Mise à jour 2007
Le problème du vaccin de l’hépatite A Havrix semble s’être dissipé. Entretemps, j’ai trouvé dans l’ouvrage « la médecine retrouvée » du Docteur Jean Elmiger un protocole de détoxication des vaccins par la méthode de thérapie séquentielle inversée. Cette méthode consiste à prendre une série d’isopathiques homéopathiques des différents vaccins injectés, dans l’ordre chronologique inverse des injections. J’ai testé la méthode et je peux dire qu’elle fonctionne pour moi. C’est ainsi que je prends en ce moment, avec de brillants résultats, des isopathiques des vaccins Mencevax (Méningite) et Typhim (fièvre typhoïde). Les résultats que j’obtiens s’observent sur la couleur des selles, les douleurs dorsales en milieu de dos, la fatigue, l’abattement et les facultés intellectuelles. L’efficacité de ces remèdes a également été évaluée et confirmée par le test musculaire de kinésiologie. Il semble donc bien que la thérapie séquentielle inversée du Dr. Jean Elmiger donne de bons résultats.
Mise à jour 2008
Les problèmes semblent se résoudre. Je n’ai plus grande souffrance. Je vis une vie tout à fait normale. Pour le variolinum, j’ai testé une nouvelle méthode : la health kinesiology. Cette méthode utilise un test musculaire de précision sur les chakras afin de déterminer lequel des 7 est bloqué. Ensuite, le praticien teste le « niveau énergétique à activer pour lever la barrière » variolinum. La méthode parait fort peu scientifique, mais l’est très largement : le concepteur de la méthode est un docteur en psychologie physiologique et s’appuie sur la médecine chinoise et la neuroréflexologie. La méthode donne je l’avoue de très bons résultats, sans même utiliser le moindre remède. Le hic est qu’il n’est pas aisé de trouver un bon praticien près de chez soi.
Mise à jour 2009
Une autre méthode qui me semble efficace en cas d’intoxication par les vaccins ou par les métaux lourds est la microkinésithérapie. Très douce et sans remèdes, la microkinésithérapie interroge la mémoire cellulaire et corrige les déséquilibres corporels. Une à trois séances étalées sur 2 à 6 mois suffisent pour retrouver la santé. Après l’avoir essayée pour d’autres types de problèmes corporels, je dirais que c’est la médecine de l’avenir … En tous cas, vu le large spectre d’action de la microkinésithérapie et la rapidité du traitement, ça vaut la peine de l’essayer !
Enfin, pour la fatigue j’ai essayé la kinésiologie énergétique Touch for Health, et depuis lors je n’ai plus aucun problème de fatigue chronique. Epatant ! Et ça vaut le coup d’apprendre la méthode car on peut devenir autonomes très rapidement.
Mise à jour 2012
Je reçois de nombreux courriers, à peu près tous du même type « Depuis que j’ai été vacciné, j’ai toutes sortes de problèmes. Que me conseillez-vous ? » Voici ma réponse :

  1. Consultez un kinésiologue pour identifier le vaccin qui vous pose problème et récupérer une part d’énergie.
  2. Pour éliminer l’effet du vaccin, contactez un médecin homéopathe pratiquant la méthode Jean Elmiger : des nosodes du vaccin incriminé, à des dilutions progressives, jusqu’à disparition des symptômes pendant plus de 30 jours.
  3. Pour éliminer les tensions diverses résiduelles, consultez un microkinésithérapeute.

Bon courage sur le chemin de la guérison !

Lire la suite